In Memoriam François Terrasson (1939 -2006)

Publié le par Laurent Ozon

 

Racines, branches ou limon sommes unis

par notre appartenance commune au fleuve du vivant.


Les hommes et ce qu’ils savent d’eux-mêmes

sont emportés sur ce fleuve.

 

Notre conscience nous tient la tête hors de l’eau,

hors du bouillonnement de la nécessité pure,

simplement la tête dans le néant du pourquoi

et du comment,

nourrie par ce corps qui ne sort jamais

du tourbillon et des cycles de la matière.

 

C’est pourquoi ce que nous appelons la mort n’existe pas,

il n’y a que notre oubli.

Perte de la conscience et retour à la matière du fleuve

qui nourrit d’autres rêves et s’élance

vers les chutes entropiques, le destin fatal.

 

C'est ainsi que nous continuons ce chemin,

ensemble, François.

Pour longtemps encore par nos héritiers,

la tête dans les étoiles.

 


Laurent Ozon

Publié dans Poèmes

Commenter cet article

Pierre 22/01/2008 03:31

Bonjour Laurent,Pourquoi ne publiez vous pas vos poèmes ?Celui en mémoire de François Terrasson nous indique bien la valeur et la profondeur de votre sensibilité.   Salutations helvétiques !Pierre

Olivier Vidor 11/08/2006 18:47

Monsieur Ozon,Terrasson était une référence incontournable pour ceux qui se retrouvent dans la mouvance "écologie profonde". Vos quelques mots sonnent juste. MerciOV

stephan 21/06/2006 17:56

Bonjour,Votre poeme est superbe. Terrasson meritait bien ca !Avec mes salutations respectueuses,Stephan Heurtaux

liam 27/02/2006 09:09

Votre texte pour François Terrasson est vraiment bien. Il nous manquera ...
Liam